top of page

LE LAVAGE, LE CARDAGE, LE PEIGNAGE et LE FILAGE



LAVAGE

 

 Après nettoyage et tri, les lots de différentes couleurs et qualités partiront chez le premier transformateur pour le lavage.

La laine est plongée dans une cuve d’eau chaude avec de la lessive et parfois des cristaux de soude.

Ou dans des bacs d’eau chaude avec un savon biodégradable et du bicarbonate de soude. Les cristaux de soude sont beaucoup plus corrosifs et plus efficaces contre la saleté que le bicarbonate de soude. Des griffes en forme de grosses fourches poussent la matière d’un bac à l’autre. La laine est ensuite rincée à grande eau, ce qui permet d’enlever les impuretés. Elle est ensuite égouttée dans des grands bacs à treillis et séchée. Le séchage peut se faire dehors sur une bâche à l’abri des UV ou dans un séchoir électrique.

Le lavage est complexe : mal exécuté, il peut compromettre le reste de la transformation !






CARDAGE

 

La carde est une machine importante où l’on trouve de petites dents en fer montées sur des rouleaux de différentes tailles. Cette étape a pour but de démêler et paralléliser les fibres dans le sens de la longueur.

C’est à ce moment que vous allez pouvoir y incorporer d’autres fibres.

En faisant le choix de mélanger une qualité 2 « moins douce », nous combinons les caractéristiques souhaitables de deux fibres et leur meilleure performance. Cela ne réduira pas le coût, car la fibre choisie devra être de haute qualité pour donner un résultat optimal de confort et de solidité.







PEIGNAGE

 

Le peignage est un cycle de traitement de la laine qui intervient après le cardage. La laine est peignée en plusieurs étapes. Elle traverse une série de peignes de plus en plus fins qui éliminent les fibres courtes, elles peuvent représenter jusqu’à 10% de la laine cardé, et la débarrassent de tous les débris végétaux sans oublier des fibres de laine emmêlées ayant pu subsister malgré l’étape précédente du cardage.

Cette transformation supplémentaire permet d’obtenir un fil plus doux, très régulier et lisse. La laine peignée boulochera moins vite que la laine seulement cardée, car les fibres les plus courtes ont été éliminées. Cette perte au peignage pourra être récupérée par les éleveurs pour une utilisation spécifique comme le rembourrage et feutrage en mélange.

Ce peignage permettra d’obtenir un fil idéal pour tous les points texturés et les torsades. Un fil de choix pour les adeptes d’un travail parfait !






 


FILAGE 


Après le peignage, le ruban est encore étiré pour obtenir un fil qui s’enroule sur des bobines. La torsion des fibres permet de garder une cohésion. Création d’un fil dont l’épaisseur, la régularité, la torsion est modulée par le savoir-faire du fileur et le matériel utilisé.

 

Le fil continu devra présenter les caractéristiques suivantes :

·         Solidité (qui dépendra du nombre de fibres dans la section du ruban, de la longueur des fibres et de sa structure),

·         Elasticité obtenue par le caractère de la fibre (le crimp),

·         Régularité,

·         La torsion sur elle-même de la mèche ainsi effectuée autour de son axe qui lui donne cohésion et solidité,

La torsion devra être différente pour du tricotage ou du tissage.

·         Assemblage de deux ou plusieurs fils sont des fils retords. Ce sont les plus solides,

·         Mise en cônes ou pelotes.

 




 

 

 

Comments


La lecture de certains articles est réservée aux adhérents d'ARSEN.

 

Si vous êtes déjà adhérents,  connectez vous ci-dessous

bottom of page