Mycoplasma Haemolamae, un tueur silencieux

Mis à jour : avr. 12


Le but de cet article est de vous aider à sauver la vie de vos alpagas d'une maladie peu connue dans nos élevages : Mycoplasma Haemolamae. C'est un "tueur silencieux" ! MH a été détecté dans les années 1990 et s'appelait à l'origine Eperythrozoonosis ou EPE. Le nom a récemment changé dans la communauté médicale, mais la maladie est la même !

Les informations que vous lirez ici sont tirées du témoignage de l'article de Michael Six, Morning Moon Alpacas, Inc (9 avril 2018). Cet article est un éclairage sur cette maladie présente dans nos élevages. Donner cette information à votre vétérinaire peut être vital pour vos alpagas.


Présentation de la maladie Mycoplasma Haemolamae est une bactérie qui se fixe aux globules rouges. Le système immunitaire réagit alors à l'agression en détruisant les globules rouges affectés. Parfois, un alpaga ne présente aucun signe de la maladie, mais lorsque qu'il est immunodéprimé ou stressé par un déplacement, une naissance, un sevrage ou par d'autres changements environnementaux (comme une chaleur extrême), MH se manifeste alors. En raison de l'état immunodéprimé de l'alpaga, d'autres parasites opportunistes comme les strongles, les nématodes, les coccidies, le clostridium A/B/C, etc. infectent rapidement l'alpaga et les symptômes du MH passent au second plan, masqués par la présence des parasites.


Des symptômes tout azimuts Si vous avez un animal qui est léthargique, qui a une perte de poids chronique (alors même qu'il mange copieusement), une diarrhée chronique, une anémie légère à sévère... vous devez considérer Mycoplasma Haemolamae (MH) comme étant une cause possible.

Parfois, la maladie se manifeste de manière "aiguë" : l'alpaga est soudain incapable de se tenir debout, titube, est extrêmement faible, perd la vue... autant de dérèglements extrêmes qui doivent vous alerter.

L'anémie est l'un des derniers symptômes à apparaître. Pour vérifier l'anémie, soulevez la paupière de l'alpaga : la zone sous la paupière doit apparaître rose vif ou rouge (saine). Rose pâle ou blanc signifie généralement que l'alpaga a une anémie sévère et est proche de la mort (c'est la méthode FAMCHA, utilisée dans l'industrie ovine et caprine).


Diagnostic de MH

La pesée régulière est la clé pour obtenir un diagnostic précoce.

En faisant pratiquer un test sanguin par votre vétérinaire, on retrouve généralement une anémie avec un nombre élevé de globules blancs indiquant potentiellement un lymphome. Un tel diagnostic doit être une alarme et le traitement contre le MH doit commencer au plus vite.


Traitement Mycoplasma Haemolamae est traité avec de la tétracycline. C'est un antibiotique très courant et peu coûteux. L'utiliser avant les autres traitements donnera à votre alpaga les meilleures chances de survie : l'administration de tétracycline ne fait aucun mal.

La posologie est de 0,1 x le poids corporel de l'alpaga = nombre de ml de tétracycline à administrer. (Exemple: 0,1 x 45 kg de poids corporel = 4,5 ml de tétracycline.) La dose est injectée par voie sous-cutanée tous les deux jours à 5 reprises.


Au cours des 10 jours de traitement, si l'alpaga répond rapidement et positivement avec une prise de poids, moins de léthargie et moins d'anémie, c'est bien MH qui est en cause. Pour le confirmer, demandez une autre analyse en fin de traitement : si l'alpaga est atteint de MH le nombre de globules blancs sera significativement plus faible et continuera à baisser progressivement jusqu'à ce qu'ils atteignent un nombre normal.

Ceci a étonné de nombreux vétérinaires qui étaient sûrs que l'alpaga avait un cancer. De nombreux alpagas ont été soit euthanasiés, soit abandonnés à leur sort après le diagnostic d'un cancer, alors qu'un traitement avec de la tétracycline aurait pu les sauver...


Il faut savoir que la tétracycline ne débarrasse pas complètement l'alpaga infecté par MH. Il ne fait que l'abaisser à des niveaux indétectables sûrs qui sont suffisants pour sauver la vie de votre alpaga. MH peut réapparaître chez certains alpagas plusieurs fois dans leur vie. Si cela se produit, répétez à nouveau le processus de traitement.


Transmission et porteurs de MH MH serait transmis par le sang. Les insectes suceurs de sang tels que les mouches piqueuses, les moustiques, les poux, les puces et les tiques peuvent transmettre MH. Une aiguille usagée peut aussi transmettre la maladie.

Tous les alpagas sont potentiellement porteur de MH et selon le vétérinaire Norm Evans, 70% des camélidés (alpagas et lamas) aux États-Unis seraient porteurs de MH. D’autres études sont en cours pour essayer d’éliminer la MH.

Le porteur MH peut sembler en bonne santé, vous le ramenez à la maison et il peut potentiellement infecter d'autres alpagas de votre troupeau. Les insectes piqueurs sont partout et un alpaga peut être piqué sur votre ferme, pendant le transport ou même lors d'un concours d'alpaga et devenir un porteur sain sans montrer de signes d'infection pendant des mois, des années, voire toute sa vie !


Comment diminuer la transmission Réduisez au maximum le nombre d'insectes piqueurs et suceurs sur votre élevage. Facile à dire, mais des moyens existent !

  • Les mouches piqueuses peuvent être contrôlées en plaçant des prédateurs de mouches autour des tas de crottes et dans les zones de population de mouches. (Recherchez sur internet "prédateurs de mouches" : Muscidifurax raptorellus, Spalangia cameroni or Spalangia endius and Muscidifurax zaraptor).

  • Les pièges à mouches et les rubans anti-mouches aident également, mais n'éliminent pas la racine du problème.

  • Les poulets qui vivent en liberté avec vos alpagas peuvent éliminer de nombreux parasites comme les tiques, les puces et les acariens, ainsi que d'autres insectes piqueurs et suceurs.

  • Lors des injections, utilisez des aiguilles stériles de façon individuelle à chaque alpaga. Les aiguilles sont bon marché, il n'y a aucune raison de réutiliser une aiguille sur un autre alpaga au risque de transmettre une maladie.


Susceptibilité Les alpagas d'un an, les crias, les femelles gravides et les vieux alpagas semblent être plus affectés qu'un adulte en bonne santé. Testez et traitez vos alpagas suspects qui ont des problèmes de perte de poids chroniques. Si positif, envisagez de traiter les autres ou tous les membres du troupeau ayant des problèmes de perte de poids similaires.


Survie Les animaux traités ont généralement une longue vie en bonne santé. Même s'ils ne se sont jamais débarrassés de la maladie, ils peuvent vivre avec.

POUR ALLER PLUS LOIN

Voici quelques informations intéressantes sur les globules rouges des camélidés :

  • Ils ont une durée de vie de 235 jours contre 100 jours pour les globules rouges humains.

  • Les camélidés ont des globules rouges ovales au lieu d'être ronds comme les autres mammifères. Cela leur donne une plus grande surface donc il y a un meilleur échange d'oxygène, qui les aide à survivre à haute altitude en Amérique du Sud où il y a moins d'oxygène dans l'air. Cette forme inhabituelle des globules rouges rend la compréhension des maladies de l’alpaga difficile à appréhender.


Mon opinion personnelle Des centaines sinon des milliers d'alpagas meurent chaque année aux États-Unis à cause de MH, à l'insu du vétérinaire ou du propriétaire. La plupart du temps, la mort est imputée à autre chose, à un retard de croissance, à un coup de chaleur, à des parasites internes, à un cancer, etc. Combien de fois était-ce juste une "supposition éclairée"? Trop souvent je pense !

Je ne suis pas vétérinaire, mais je possède des alpagas depuis plus de 20 ans et, malheureusement, j'ai pu constater par moi-même les effets de cette maladie. J'ai vu des animaux mourir sur ma ferme et dans de nombreuses autres fermes. La plupart des autopsies attribuant la mort de l'alpaga à des parasites courants, à un coup de chaleur, à un "retard de croissance"... et tant d'autres suppositions faites sans analyses pour MH.

De nombreux parasites opportunistes et maladies s'installent en présence de MH, y compris le cancer. L'alpaga ne peut lutter contre rien d'autre car il est occupé à combattre le MH en attaquant ses propres globules rouges, une lutte qui le conduit à l'anémie et à une mort inéluctable.


Peu de vétérinaires connaissent les risques mortels de cette maladie. Peu de choses ont été écrites à ce sujet, même dans le bien connu et fortement recommandé "Norm Evans Field Manual", il n'y a qu'une brève mention. Les articles que j'ai lu ne mettent pas l'accent sur la gravité ou la mortalité, ni même sur le traitement de MH.


L’expérience, la connaissance de ses animaux c’est le pouvoir !



​© 2018 A.R.S.E.N.